J’ai l’alcool sombre
Des soirs où tu te perds
Des abysses insurmontables
Qui m’attirent vers l’hiver
Ciselé au pied d’une table
J’écris ces quelques vers

Y-a-t-il un bouton pour tout arrêter