Tu nous prends par la main
Et nous fait croire que tout va bien

Tu titilles nos neurones
Pour des récompenses aphones

Dopamines suspendues
A des plaisirs culculs

J’en redemande encore
Enfermé dans mon amphore

A vieillir loin de tout
J’oublie ma chair de loup