A l’heure où les pendules s’arrêtent
L’autre trotte dans ma tête
Je lui parle et le raisonne
Qu’il ne manque à personne
Qu’il est temps de dormir et rêver
Dans des bras envoûtés…

L’autre souhaite la vérité